Accueil Polychromies Secrètes
musée des Augustins
Mairie Toulouse
FrançaisEnglishEspañol

La polychromie originale


Nostre Dame de Grasse, détail du
visage de l'Enfant,
après restauration.

Photo Daniel Martin.
Comme la grande majorité des sculptures médiévales, Nostre Dame de Grasse est entièrement polychrome. Si la palette de couleurs et les techniques décoratives utilisées sont caractéristiques de la fin du Moyen Âge, le style de la polychromie dénote un souci d’élégance et de raffinement exceptionnels. Le blanc uniforme du manteau de la Vierge, qui accentue l’ampleur et la lourdeur du vêtement sculpté, met en valeur la préciosité des détails finement exécutés. Les décors de perles de l’encolure et de la couronne encadraient des éléments appliqués, en bois ou en métal, éventuellement ornés de pierres ou de verre coloré, qui ont aujourd’hui disparu. Cette préciosité se traduit également par la présence de petits motifs sur la robe de la Vierge et la tunique de l’Enfant, devenus aujourd’hui imperceptibles.

Comme il est habituel à la fin du Moyen Âge, le peintre introduit un jeu contrasté de couleurs. L’or localement ombré de glacis rouge, le bleu et le blanc sont attribués aux vêtements de la Vierge. Ceux de l’Enfant sont rouge carmin et vert. Les effets de matière sont variés : à côté des brillances chatoyantes des ors et de la transparence des glacis, sont apposés de grands aplats mats, d’autres satinés. L’épaisseur ou l’extrême finesse des couches sont voulues et perceptibles. Toutes les couleurs sont obtenues par la superposition de deux ou trois couches successives, ce qui témoigne d’une recherche de qualité et de moyens sans doute importants. Les liants décelés sont essentiellement huileux. De l’huile mêlée avec des protéines témoigne d’une émulsion pour le ton gris blanc onctueux du revers de la robe.

La stratigraphie

Une première couche d’impression huileuse, plus ou moins perceptible, fait office de bouche-pores. Puis des sous-couches diversifiées ont été posées avant les
Reconstitution de la polychromie
originale.

Réalisation realFusio.
couleurs. La robe de la Vierge était peinte d’un bleu dont la vivacité n’est plus perceptible aujourd’hui, parsemé de fins décors dorés dont ne subsistent que des traces suggérant un motif en forme d’étoile.

Les doublures des vêtements sont sculptées à l’imitation de fourrure. Le revers de la robe était peint en gris nuancé d’empâtements blancs, évoquant du vair, fourrure de petit-gris, variété d’écureuil de Russie. Cette représentation naturaliste s’oppose au traitement particulier de l’intérieur du manteau blanc de la Vierge, une fourrure dorée soulignée de glacis rouge et de la doublure de la tunique de l’Enfant, peinte avec du vert au cuivre.

La couche blanche (blanc de plomb) du manteau de la Vierge est peu épaisse ; elle laisse transparaître les traces de façonnage. La dorure sur mixtion (couche huileuse chargée de pigments jaunes et oranges),très présente, adopte des nuances variées selon les emplacements : ainsi, l’or de l’encolure de la robe de la Vierge était rehaussé de décors perlés colorés de glacis rouge.

Le livre que tient la Vierge est protégé par une chemise en tissu précieux selon la technique dite des brocarts appliqués, décors en fin relief réalisés par estampage puis posés sur la sculpture. Mais le motif n’est obtenu que par la peinture, sans tenir compte de l’orientation des stries, simplifiant ainsi une technique bien connueen Europe du nord.

L’Enfant était vêtu d’une tunique d’un rouge profond, largement bordée d’or, obtenu par la superposition de plusieurs couches : des feuilles d’argent sur mixtion, recouvertes d’un glacis rouge sur lequel était peint un semis de pastilles orange vif.

Les carnations, enfin, sont d’une facture remarquable : très pâles, elles conservent le léger relief des traces de pinceau et sont très bien préservées.

L’accord des couleurs bleu, blanc et or pour la Vierge s’inscrit dans la tradition médiévale de la fin du Moyen Âge. Mais la présence de dorure sur le revers de fourrure du manteau est un trait spécifique de Nostre Dame de Grasse.