Accueil Polychromies Secrètes
musée des Augustins
Mairie Toulouse
FrançaisEnglishEspañol

La recherche en histoire de l'art


Nostre Dame de Grasse, détail des
cheveux après restauration.

Photo : Daniel Martin



Vierge de Gommecourt, détail
des cheveux

Photo : restaurateurs
 
Les chercheurs en histoire de l’art antique et de l’art médiéval sont très souvent confrontés à des œuvres non signées, sur lesquelles ils ne disposent presque d’aucune information. Ces œuvres sont dites orphelines.

L’ analyse stylistique de l'œuvre est alors le premier élément d’identification. Grâce à l’étude des formes et de leur évolution, il s’agit de distinguer parmi les traits stylistiques (ex. : la forme d’un œil, le traitement des cheveux, la représentation d’un mouvement ou d’une profondeur…) ceux qui sont propres à une époque, à une région, voire à un foyer artistique ou à un artiste spécifique. C’est la méthode de Giovanni Morelli à la fin du XIXe siècle. La comparaison du style de l’œuvre étudiée avec celui d’autres œuvres mieux documentées ou de même nature aide à la situer plus précisément.

La connaissance du contexte historique - politique, économique et social - est très utile pour comprendre les circonstances de la commande et interpréter l’ iconographie, en particulier quand l’œuvre a une fonction publique.

Les analyses scientifiques réalisées par les restaurateurs avant une intervention apportent des informations sur la technique, la structure et le mode de fabrication de l’œuvre qui peuvent confirmer ou infirmer une hypothèse d’attribution ou de datation.