Accueil Polychromies Secrètes
musée des Augustins
Mairie Toulouse
FrançaisEnglishEspañol

Toulouse, une capitale artistique


Annales du Capitole,
chronique 136.

Archives municipales de Toulouse.
La situation géographique du Languedoc, et de Toulouse en particulier, entre la Provence et la Catalogne, en fait une étape privilégiée sur la route des commerçants, des pèlerins et des artistes. A une époque où les artistes, en quête de commandes, sont particulièrement mobiles, Toulouse devient une ville cosmopolite.

Les ateliers de peinture de Toulouse étaient réputés dans tout le Languedoc, tant pour la peinture de chevalet - dont il ne reste que peu d’exemples - que pour la peinture murale et les enluminures. Les fresques de Notre-Dame du Taur sont un des derniers exemples de peinture murale conservée à Toulouse. Les Annales du Capitole (chroniques de Toulouse), rédigées à la demande des Capitouls (magistrats municipaux), sont des témoins importants de l’évolution de l’enluminure du XIVe siècle au XVIe siècle.

Au XVe siècle, une intense activité architecturale se poursuit : à la cathédrale Saint-Etienne, dans les églises de la Dalbade, des Cordeliers, ou à Saint-Nicolas pour ne citer que ces exemples… En parallèle, d’importants programmes sculptés voient le jour. Parmi les plus importants de cette période figurent le portail de l’église Saint-Nicolas (les sculptures du tympan sont aujourd’hui conservées dans l’église), ou le portail de la façade occidentale de la cathédrale Saint-Etienne, dont les statues ont été détruites à la Révolution.